1953, mon grand-père se lance dans la production de pommes, jusqu’alors concentrée autour de Saint Martin d’Auxigny. Il plante des Golden, des Winter Banana et des Richared… Quelques années plus tard, les premiers fruits se révèlent excellents, ils dégagent des arômes caractéristiques et un goût typique, les terres argilo-calcaires des Murailles sont un bon terroir… Comme pour un bon vin, le terroir a son importance pour la qualité gustative des fruits…

1960, mon père rejoint le verger… Frigos, calibrage, emballage sont installés, la grande aventure commence, la marque « Fontenay-Fruits » voit le jour.

1967, nos installations et nos volumes deviennent trop petits pour affronter l’export… avec plusieurs arboriculteurs du Cher, mon père décide de créer la coopérative « Les Fruits du Berry » située aux Aix d’Angillon. Groupés, ils peuvent investir ensemble dans des équipements de calibrage et de conditionnement des plus performants, des plateformes, des quais d’expédition par rail, c’est la grande époque de la pomme française, l’âge d’or de la coopération… Berry-Fruits succède à Fontenay-Fruits!

1968, les premiers cerisiers sont plantés, puis les cassis et les groseilles.

1976,  la première machine à récolter le cassis est achetée, en commun avec d’autres producteurs de toute la France, la mécanisation bouleverse la production des petits fruits.

1980, de nouvelles variétés de pommes font parler d’elles, Granny, Gala… mon père prend très tôt le virage de ces «nouveautés » de l’époque.   

Avril 1991, une terrible nuit de gel a dévasté notre verger ainsi que de nombreux vergers français et le marché de la pomme en est profondément déstabilisé… 

1997, les coopératives du Cher s’unissent pour vendre en commun leurs fruits et Cosama-Berry succède à Berry-Fruits.

2004-2005 le marché de la pomme se "mondialise", il est à nouveau profondément chahuté par l’arrivée de fruits issus du monde entier qui envahissent les supermarchés à très bas prix, avec des coûts de production très faibles… Beaucoup d’arboriculteurs baissent les bras mais aux Murailles la troisième génération continue à y croire. Un programme de rénovation du verger est entrepris, pour faire face à cette concurrence.
Des framboisiers sont également replantés en 2005.

Aujourd’hui, nous livrons nos pommes à la coopérative "Fruits du Berry" où elles sont commercialisées par BVL, un bureau basé à Angers. Elles se retrouvent donc dans les magasins de France et du monde entier... mais nous faisons également un peu de vente directe. Nous avons aménagé un verger de pommiers spécialement pour la libre cueillette où nous avons sélectionné 20 variétés différentes de pommes, classiques ou plus inovantes, pour tous les goûts et surtout pour faire redécouvrir l’intérêt de notre terroir.

et depuis peu, avec l'aide de ma soeur Claire, nous démarrons une gamme de produits élaborés avec nos fruits, jus de fruits, nectars et confitures…

Le métier d’arboriculteur ne s’apprend pas vite, le cycle des cultures pérennes étant très long. Il faut donc des années pour comprendre et maîtriser chaque aspect de ce métier très " technique" mais passionnant...

Laurence